21 septembre 2010

Je n'ai même pas pris de photo
Il n'y aura pas de souvenir
Mes traces vont s'effacer et mon cerveau
A déjà oublié.

Je vais finir mon travail de sape. Saper ma vie, cet endroit où je me suis construit va disparaitre par ma faute et je ne ressentais rien, rien, jusqu'à ce qu'elle rentre dans la pièce et que j'explique, voilà que ça pique, il était beau mon squatt d'adolescent, sur le parquet fumé, les tapisseries déchirées, les armoires cassées, les branches tapant à la fenêtre et tous mes objets, mes livres et mes papiers logeant les araignées.

Dans le poste le chanteur lâche ses flèches et enfonce dans mon cerveau des pieux d'argile qui m'immobilisent et nous sommes prisonniers de l'inutile, dit-il. Il y avait un grand rideau qui permettait d'entrer et des bureaux, un vieux lit ou des couvertures de toutes couleurs se laissaient aller au sol, des tapis poussiéreux où je posais mes grolles et d'innombrables sacs, des livres et des cartons. Des insectes qui claquaient de saison en saison. Des bougies et des clopes écrasées dans les cendars en terre. Les meubles étaient pleins de merveilles amassées à droite et à gauche dans ma vie de débauche où j'allais de train en car et je marchais toujours, je marchais, longues heures d'écriture et de chants, de fantasmes sensuels et de sommeil dans la lumière du matin ondulant parmi les feuilles d'arbres.

Dans ce lit mes amours imaginaires
Ont pris toutes sortes de plaisirs
J'écrivais mes délires et jouissais
Dans la lumière du matin.

A goûter trop souvent à la satisfaction
J'en ressortais frustré et posais pied à terre
Pour reprendre mon trip avec résignation
Exagérant toujours les envies de mes pairs.

Dans les litres de thé, curiosité perverse
Abandonné au vice des marchands de luxure
Je buvais ma jeunesse et nourrissait mes cures
De sexualité brute en râlant à la tierce.

J'ai retiré les draps.

Posté par Ivi Kromm à 17:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Je n'ai même pas pris de photoIl n'y aura pas de

    J'ai atterri là suite à votre commentaire sur Anthropiques. Et voilà que je vois que je suis en lien. J'en profite donc pour rappeler que ce blog est ouvert à toute personne se reconnaissant dans la très épaisse ligne éditoriale (bon j'avoue c'est un peu pompeux ce terme pour un blog qui charrie son flot de trois ou quatre lecteurs par jours).

    euh désolé pour les envois précédents , envoyés à l'insu de mon plein gré... vous pouver les supprimer.

    Posté par le passant, 21 octobre 2010 à 16:47 | | Répondre
  • Voilà, ils ont disparu!
    Bon, bas les masques, si je ne suis pas le spécialiste du manga, je suis l'autre, voilà!
    Sinon je n'ai pas encore eu le temps de consulter ton blog, c'est pour ça que je l'ai mis en lien, pour me rappeler à moi-même d'aller y faire un tour! Je fais ça bientôt.

    Posté par Ivi, 23 octobre 2010 à 12:11 | | Répondre
  • pas mécontent

    Pas mécontent qu'il y ait une diversité d'approche politique parmi les médiationistes. Je finissais par croire que la théorie de la personne conduisait tout (socio)logiquement à la CFDT

    Posté par le passant, 24 octobre 2010 à 21:23 | | Répondre
Nouveau commentaire